Chapitre 8 - La stabilité de votre bâtiment

Page précédente | Page suivante

La stabilité est la capacité d'un bâtiment de résister au chavirement et de revenir à sa position initiale après avoir donné de la bande (s'incliner sur un côté sous la force des vents ou de la mer). De nombreuses forces influent sur la stabilité d'un bâtiment et chaque type de bâtiment réagit différemment à ces forces. Le propriétaire doit s'assurer que son bâtiment est en mesure d'effectuer les manœuvres prévues en toute sécurité. Vous devez donc savoir comment votre bâtiment avec son chargement réagit aux forces de la nature et ce qui influent sur sa stabilité. Par exemple, les bâtiments non pontés ou les bâtiments munis de grands puits peuvent avoir tendance à prendre l'eau ou à être envahis par le haut (lorsque l'eau pénètre dans la cale par le haut ou par-dessus le plat-bord), ce qui rend le bâtiment moins stable.

Les bâtiments construits ou transformés en bâtiments autres que des embarcations de plaisance depuis le 1er avril 2005 doivent être conformes aux exigences de stabilité énoncées à l'article 717 du Règlement sur les petits bâtiments. Pour obtenir des renseignements sur l'évaluation de la stabilité d'un bâtiment construit ou converti en bâtiment autre qu'une embarcation de plaisance avant le 1er avril 2005, consultez le Bulletin de la sécurité des navires no 07/2006, « Guide d'évaluation de la stabilité à l'état intact et de la flottabilité des petits bâtiments existants autres que les embarcations de plaisance ».

Un bâtiment bien conçu et bien chargé doit résister aux forces déstabilisatrices lorsqu'il est exploité dans les limites de conception prévues (voir les figures 8-1 et 8-2).

L'ajout de poids au-dessus du centre de gravité d'un bâtiment élève ce centre de gravité et diminue la stabilité. Comme le centre de gravité est élevé, il faut moins de gîte pour faire chavirer le bâtiment, (voir les figures 8-3 et 8-4). Le retrait de poids sous le centre de gravité peut également réduire la stabilité du bâtiment.

La meilleure précaution contre le chavirement demeure un bâtiment bien configuré, bien entretenu, bien chargé et doté d'un équipage compétent. La prévention des conditions d'instabilité du bâtiment et la reconnaissance des signes précurseurs d'instabilité peuvent sauver des vies. Surveillez constamment les signes d'une perte de stabilité (consultez « Signes avant-coureurs d'instabilité »). Avant de procéder à une quelconque transformation, consultez un expert maritime qui déterminera l'incidence sur la stabilité de toute modification que vous comptez apporter à votre bateau.

Précautions

De tous les types d'accidents, les naufrages et les chavirements causés par une perte de stabilité sont les plus susceptibles de se traduire par des pertes de vies humaines en mer. Nombre de ces accidents peuvent être évités.

Un bâtiment bien conçu résistera aux risques de naufrage ou de chavirement par mauvais temps s'il est exploité convenablement. Gardez à l'esprit les règles suivantes :

  • Soyez conscient des forces extérieures – le vent, les vagues et la profondeur de l'eau. Vérifiez toujours les prévisions météorologiques avant de partir. Évitez le gros temps.
  • Ne surchargez pas votre bâtiment. Soyez informé du poids supplémentaire ajouté à votre bâtiment et du franc-bord disponible. Répartissez bien les passagers et la cargaison.
  • Assurez-vous que la cargaison, les outils et l'équipement sont tous bien arrimés et qu'ils le demeurent durant le voyage. Il est beaucoup plus facile et sécuritaire de retirer des saisines bien disposées à la fin d'un voyage que d'en ajouter par gros temps, lorsque le bâtiment tangue et roule. Placez la cargaison en dessous du pont si possible.
  • Les cales, ballasts d'eau et réservoirs de carburant partiellement remplis contribuent à l'instabilité. Réduisez la quantité de liquides ou de cargaison susceptible de se déplacer et la zone où ils peuvent balloter en utilisant des réservoirs plus petits et en subdivisant la cale, par exemple.
  • Empêchez l'eau d'entrer à l'intérieur de votre bâtiment en gardant les hublots, les portes et les fenêtres fermés dans la mesure du possible lorsque vous faites route. L'entretien régulier des joints et dispositifs de fermeture contribuera à assurer l'étanchéité.
  • Toute l'eau embarquée doit être évacuée le plus rapidement possible. Les dalots et les drains doivent répondre aux critères de conception et être maintenus en bon état de fonctionnement.
  • N'effectuez pas d'opération de levage ni de remorquage à moins que la stabilité de votre bâtiment n'ait été vérifiée à cette fin.
  • Adaptez le cap ou la vitesse, ou les deux, pour réduire le roulis.
  • Évitez les virages serrés et ceux pris à haute vitesse.
  • Toute modification apportée à votre bâtiment peut nuire à sa stabilité. Consultez un expert maritime avant de modifier votre bâtiment et faites réviser les données sur la stabilité après avoir  fait les modifications.

Signes avant-coureurs d'instabilité

  • La manœuvre du bâtiment change; par exemple, celui-ci semble réagir moins rapidement aux gouvernes, il roule davantage ou plus lentement.
  • Le bâtiment gîte à bâbord ou à tribord, ou il est lourd de l'avant ou de l'arrière.
  • Il y a une perte de franc-bord par rapport à la normale. Dans ce cas, vérifiez la présence d'un envahissement par l'eau ou les déplacements de cargaison.
  • Un fonctionnement inhabituel des pompes de cale peut indiquer qu'un volume excessif d'eau pénètre à l'intérieur du bâtiment. Vérifiez la cale pour la présence d'eau et assurez-vous que les pompes et les alarmes du niveau des cales fonctionnent correctement.
  • L'alarme de cale est lancée.

Figure 8-1 Stabilité
Image - Stabilité
Sans gite, la force de gravité vers le
bas est égale et opposée à la force
de flottabilité ascendante.
Figure 8-2 Gîte
Image - Gîte
La flottabilité et la gravité redressent
le bateau avec une gite.

Figure 8-3 Ajout de poids
Image - Ajout de poids
Lorsque qu'on ajoute un poids
au-dessus du centre de gravité, on
réduit la capacité de redressement
du navire.
Figure 8-4 Chavirement
Image - Chavirement
La flottabilité et le gravité font
chavirer en bateau.



Franc-bord

Le franc-bord désigne la distance entre l'eau et le pont étanche du bâtiment ou le plat-bord (partie supérieure de la coque) dans le cas des bâtiments non pontés sans dalot (voir la figure 8-5). Si la bordure du pont s'enfonce dans l'eau lorsque le bâtiment gîte, la stabilité diminue et le danger de chavirement augmente. Lorsque le plat-bord d'un bâtiment non ponté s'enfonce dans l'eau, il y a danger imminent de chavirement. Un bâtiment surchargé aura un franc-bord trop faible, et le pont ou le plat-bord pourraient être submergés si le bateau gîte, même peu.

Un franc-bord suffisant est essentiel; prenez donc soin de ne pas surcharger votre bâtiment.

Effet de carène liquide

Lorsqu'un bâtiment avec un réservoir plein gîte, le centre de gravité du réservoir ne change pas et donc, cela n'influe pas sur la stabilité. Toutefois, l'eau sur le pont, les liquides dans les cales de cargaison et dans des réservoirs partiellement remplis ainsi que les eaux de cale peuvent se déplacer avec les mouvements du bâtiment. Lorsque cela se produit, le centre de gravité se déplace également, ce qui rend le bâtiment moins stable. Cet « effet de carène liquide » réduit la stabilité et augmente le danger de chavirement (voir la figure 8-6).

Pour voir ce qu'est un effet de carène liquide à la maison, remplissez un verre d'eau et promenez-vous avec dans la cuisine. Vous ne devriez pas avoir de difficulté à le faire sans renverser d'eau. Ensuite, remplissez d'eau une tôle à biscuits et promenez-vous avec. Il est beaucoup plus difficile de ne pas en renverser. C'est parce que la surface plus grande permet à l'eau de se déplacer davantage.

Une bonne pratique opérationnelle consiste à minimiser l'effet de carène liquide en divisant les réservoirs au moyen de déflecteurs et les cales de cargaison fluide avec des cloisons aétanches, et en limitant au minimum le nombre de réservoirs et de cales partiellement remplis.

Figure 8-5 Franc-bord
Image - Franc-bord
Figure 8-6 Coupe transversale de l'effet de carène liquide
Image - Coupe transversale de l'effet de carène liquide

Effet de carène liquide par les chiffres

L'effet de carène liquide augmente au cube de la surface libre. Si vous divisez la surface d'un réservoir de moitié (en installant par exemple des cloisons internes étanches, chaque côté a un effet de carène liquide huit fois moindre, l'effet de carène liquide total (la somme des deux côtés) est donc divisé par quatre.

Effet de carène liquide = largeur x largeur x largeur x longueur / 12

Un réservoir de 4 m de large et de 3 m de long a un effet de carène liquide égal à 16 (4 x 4 x 4 x 3 / 12).
un effet de carène liquide égal à 16 (4 x 4 x 4 x 3 / 12)

Si vous ajoutez une cloison étanche au milieu du réservoir, vous divisez celui-ci en deux réservoirs de 2 m de large chacun. Chaque réservoir a un effet de carène liquide égal à 2 (2 x 2 x 2 x 3 / 12), donc un effet total de 4 pour les deux réservoirs, soit le quart de celui du réservoir sans cloison.
un effet de carène liquide égal à 2 (2 x 2 x 2 x 3 / 12), donc un effet total de 4 pour les deux réservoirs


Renseignements additionnels

Communiquez avec votre centre local de Transports Canada pour en savoir davantage sur les lois et les règlements qui s'appliquent à votre bâtiment et à votre cas (voir l'annexe 2).

Page précédente | Page suivante