Chapitre 10 - Gardez le contact

Page précédente | Page suivante

Équipement de communication

Communications bidirectionnelles

En cas d'urgence en mer, la capacité de pouvoir communiquer de façon bidirectionnelle est inestimable. Un radiotéléphone VHF non portatif18 est obligatoire dans les cas suivants :

  • pour les bâtiments pontés de plus de huit mètres de longueur;19
  • pour les bâtiments à passagers qui s'éloignent à plus de cinq milles marins des côtes ou qui effectuent un voyage dans des eaux couvertes même partiellement par la couverture radio VHF de la Garde côtière canadienne;
  • pour les remorqueurs.

Lorsque votre bâtiment à passagers fait route à l'extérieur d'une zone couverte par la VHF, vous devez posséder des moyens fiables de communication avec une personne responsable à terre20. Pour savoir si vous naviguez dans une zone de couverture VHF, consultez la carte indiquant les zones couvertes par les Aides radio à la navigation maritime.

Dans le bassin des Grands Lacs, un bâtiment qui transporte plus de six passagers doit être équipé de deux radiotéléphones VHF, dont l'un peut être portatif.

Appel sélectif numérique (ASN)

Les appareils radio ASN utilisent la technologie numérique et ils sont codés au moyen d'un numéro d'identification unique à neuf chiffres qui permet les appels privés. Ce numéro unique, qu'on appelle une « identité dans le service mobile maritime » (ISMM), ressemble beaucoup à un numéro de téléphone cellulaire. Pour plus de renseignements sur le ISMM, vous pouvez consulter la section « Information maritime » sur le site Web d'Industrie Canada, partie Spectre en direct.

L'ASN a pour avantage sa capacité de communication d'urgence. Les appels de détresse « MAYDAY » sont émis lorsqu'on appuie simplement sur la touche « URGENCE » ou « DISTRESS » de l'appareil radio. Le message « MAYDAY » inclut la position du bâtiment (lorsqu'il est relié à un récepteur GPS) ainsi que l'identité du bâtiment, à partir de son ISMM. Le message est répété jusqu'à ce qu'un autre poste radio ASN en accuse réception. Le poste radio ASN qui reçoit le message émet un signal sonore d'alerte, et son affichage montre les coordonnées du bâtiment en détresse et son numéro ISMM.

Qui doit se munir d'une radio VHF-ASN?

Les bâtiments pontés de plus de 8 mètres de longueur et les bâtiments qui transportent plus de six passagers et qui effectuent des voyages sur les côtes du Canada autres que des voyages en eaux abritées devront être équipés d'un dispositif radio VHF-ASN.




Licence de station de radio et indicatif d'appel

Les bâtiments qui effectuent ou planifient des voyages vers l'étranger, y compris les États-Unis, doivent demander une licence et un indicatif radio. La licence est renouvelable tous les ans moyennant paiement des frais. Les bâtiments étrangers naviguant en eaux canadiennes sont exclus des exigences de licence de la Gestion du spectre d'Industrie Canada (GSIC). Vous trouverez plus de renseignements à ce sujet au site Web Spectre en direct d'Industrie Canada.

Les équipements radio à bord des bâtiments canadiens doivent être homologués par le GSIC. Vous trouverez le numéro d'approbation au dos de votre appareil radio. Lorsque vous achetez des équipements radio, assurez-vous qu'ils ont obtenu l'approbation de GSIC. Les équipements achetés à l'étranger ne sont pas toujours approuvés.

Exigences concernant les stations de radio

Installation radio

Une installation radio VHF-ASN doit être en mesure de transmettre et de recevoir des communications en utilisant l'ASN sur la fréquence 156,525 megahertz (MHz) (canal 70), ainsi que des communications vocales sur la fréquence 156,3 MHz (canal 6), sur la fréquence 156,65 MHz (canal 13), sur la fréquence 156,8 MHz (canal 16) et sur toutes les autres fréquences assignées à la transmission d'informations sur la sécurité maritime dans le secteur où navigue le bâtiment.

Veille radio

Les bâtiments qui sont tenus de posséder des équipements VHF doivent commencer une veille radio sur la fréquence 156,8 MHz, au canal 16, au moins 15 minutes avant de faire route, et la maintenir jusqu'à ce qu'ils soient à nouveau à l'ancre ou au mouillage. Si vous choisissez d'équiper votre bâtiment de postes radio MF et VHF, essayez de maintenir une veille sur les fréquences 2182 kHz (MF) et 156,8 MHz (VHF), au canal 16, lorsque vous êtes en mer, pour assurer que tout message de détresse, d'urgence ou de sécurité est entendu par le plus grand nombre de stations possible et que celles-ci y répondent.

Documents et tenue d'un journal

Si vous êtes tenus d'équiper votre bâtiment d'une station de radio VHF, votre équipage doit également compter un opérateur radio certifié (voir Exigences de certification radio – chapitre 4); vous devez également avoir à bord un manuel d'instruction expliquant le fonctionnement et l'entretien de l'équipement ainsi que d'autres documents mentionnés dans le Règlement de 1999 sur les stations de navires (radio). Une carte décrivant les procédures de détresse radio (que vous pouvez vous procurer auprès de Transports Canada) doit être affichée près des commandes principales du bâtiment.21

Les bâtiments équipés d'une station radio VHF obligatoire doivent tenir un journal radio des communications de détresse, d'urgence et de sécurité et un registre des réparations et de l'entretien de l'appareil radio ainsi que des tests réalisés. Cette exigence n'est pas une obligation si vous vous munissez d'un poste VHF par choix, mais il est bon que vous teniez un journal, particulièrement de toutes les communications d'urgence.

Téléphones mobiles

On recommande aux exploitants de bâtiments qui ne sont pas tenus d'être munis d'équipements radio maritimes de transporter un téléphone cellulaire, dans les secteurs où la couverture cellulaire est accessible, ou un téléphone par satellite. Dans certains secteurs, on peut accéder à une réponse d'urgence en composant directement le numéro du Centre de coordination des opérations de sauvetage, ou en composant *16, ce qui achemine l'appel par l'intermédiaire du Centre des services de communications et de trafic maritimes de la Garde côtière canadienne le plus proche.

N'oubliez pas que les téléphones cellulaires ou les téléphones par satellite ne remplacent pas un appareil radio maritime. Consultez à ce sujet le Bulletin de la sécurité des navires no 04/1995, « Mesures de communications de sécurité pour petits bateaux ».

Note : Si vous lancez un appel avec un téléphone mobile, celui-ci n'alerte pas les autres plaisanciers situés à proximité et, dans la plupart des cas, les sauveteurs ne peuvent retracer le signal du téléphone cellulaire jusqu'à votre position.




Radiobalise de localisation de sinistres (RLS)

Une radiobalise de localisation de sinistres (RLS) est obligatoire sur un bâtiment :

  • qui fait des voyages à plus de 20 milles marins de la rive avec un distance maximale entre des ports de refuges convenables sur la route de pas plus de 100 milles marins; et
  • qui transporte des passagers; ou
  • qui fait 8 mètres de longueur ou plus; ou
  • qui est un remorqueur:
    • d'une jauge brute de plus de 5 effectuant un voyage autre qu'un voyage en eaux abritées; ou
    • de moins de vingt mètres effectuant un voyage ne dépassant pas cinquante milles marins et durant lequel le remorqueur ne s'éloigne jamais à plus de deux milles marins des côtes ou à vingt milles marins du refuge le plus près.

La RLS doit se trouver à votre portée pour que vous puissiez activer l'alerte à partir du poste de manœuvre. Elle doit être installée de telle façon que vous puissiez la prendre facilement et l'emporter avec vous sur un radeau de sauvetage. Dans le cas des remorqueurs et des bâtiments d'une jauge brute de plus de 15, il est obligatoire d'installer la RLS de façon à ce qu'elle puisse se dégager automatiquement et flotter librement.

Choix d'une RLS

Choisissez une radiobalise émettant sur 406 MHz. Les alertes lancées sur cette fréquence sont plus rapidement détectées et elles fournissent les renseignements figurant dans le registre des balises, ce qui permet de confirmer les alertes reçues et de lancer les opérations de sauvetage plus rapidement. Pour aider les équipes de sauvetage à vous retrouver en cas de besoin, examinez la possibilité d'acheter une RLS à GPS intégré qui fournira également votre position lors de l'envoi d'une alerte.

Note: Depuis le 9 février 2009, les signaux émis sur les fréquences RLS 121.5/243.0 MHz ne sont plus surveillés par satellite. Les  RLS émettant uniquement sur les fréquences 121.5/243.0 MHz ne sont pas approuvées pour être utilisées au Canada.

Pour une réponse plus rapide, enregistrez votre RLS

Selon le Règlement de 1999 sur les stations de navires (radio), si vous avez une RLS émettant à 406 MHz, vous devez enregistrer les coordonnées des personnes à contacter en cas d'urgence dans le Registre national des balises et garder ces données à jour. Vous pouvez effectuer l'enregistrement ou la mise à jour de ces coordonnées en ligne à l'adresse www.registrecanadiendesbalises.forces.gc.ca ou par téléphone au numéro 1-877-406-SOS1 (406-7671). L'enregistrement est gratuit. Les personnes à contacter en cas d'urgence sont celles qui seront appelées pour obtenir plus de renseignements sur votre bâtiment et sur sa position probable à la suite de la réception d'un signal de détresse. L'enregistrement des RLS n'a rien à voir avec un ISMM fourni par Industrie Canada; les deux processus sont différents.

Renseignements additionnels

Communiquez avec votre centre local de Transports Canada pour en savoir davantage sur les lois et les règlements qui s'appliquent à votre bâtiment et à votre cas (voir l'annexe 2).

Une carte montrant la couverture VHF se trouve dans la publication intitulée Aides radio à la navigation maritime, que l'on peut consulter à l'adresse suivante : www.ccg-gcc.gc.ca/fra/GCC/SCTM_Aides_radio.




18. Dans le cas des navires non pontés et qui ne transportent jamais plus de six passagers, un radiotéléphone VHF portatif respectant les normes du règlement est suffisant. ^
19. « Navire ponté » désigne un navire qui possède un pont fixe couvrant toute la coque et disposé au-dessus de la flottaison d'exploitation la plus élevée, et qui n'est pas en danger lorsque les puits ouverts ou les cabines de pilotage installés sur le pont sont inondés. ^
20. Pas requis si le bâtiment transporte au plus 6 passagers sur un voyage en eaux abritées au plus 2 milles de la rive. ^
21. La publication Procédures de sécurité et de détresse radiotéléphoniques (TP 9878) de Transports Canada est offerte gratuitement et devrait être conservée à bord comme document de référence rapide. ^

Page précédente | Page suivante

Date de modification :