Initiative de protection des baleines : Protéger l’épaulard résident du Sud

Conformément au Plan de protection des océans, le gouvernement du Canada respecte sa promesse de protéger et de rétablir les populations de baleines emblématiques du Canada, qui sont actuellement en voie de disparition. Comme il a été annoncé dans le budget de 2018, le gouvernement du Canada a mis en place une initiative quinquennale de protection des baleines, d'une valeur de 167,4 millions de dollars.

Les épaulards résidents du Sud jouent un rôle essentiel dans l'écosystème marin local et ont une importance culturelle pour les peuples autochtones et les collectivités côtières de la Colombie-Britannique. Selon la Loi sur les espèces en péril, il a récemment été déterminé que la survie et le rétablissement de cette espèce étaient confrontés à une menace imminente. Cette décision a été prise après une évaluation, qui a pris en compte l'état biologique des épaulards de la population, des menaces continues, et des mesures d'atténuation.

Dans le cadre de l'initiative des baleines, le gouvernement du Canada s'attaque aux principales menaces pour les épaulards résidents du Sud :

Améliorer la disponibilité des proies pour les épaulards résidents du Sud

Augmenter la disponibilité des proies

Le saumon quinnat constitue l'une des principales sources d'alimentation des épaulards résidents du Sud. Or, la population sauvage de saumon quinnat a chuté ces dernières années. Le 11 octobre 2018, le gouvernement du Canada a lancé l'Année internationale du saumon en vue de protéger le saumon sauvage du Pacifique. Dans le cadre de ce lancement, le gouvernement a présenté un plan quinquennal décrivant des mesures concrètes qu'il prendra pour aider à reconstituer les populations de saumon sauvage du Pacifique et leurs habitats. Cet été, le gouvernement du Canada a annoncé une réduction de 25 à 35 % du nombre total autorisé des captures de saumon quinnat, ce qui aidera à conserver cette espèce essentielle et à augmenter la disponibilité des proies pour les épaulards résidents du Sud.

Protéger les zones d'alimentation des épaulards

Les aires d'alimentation des épaulards résidents du Sud sont vitales et connaissent un déclin en nourriture dont les épaulards ont besoin pour survivre. Le gouvernement du Canada met en œuvre des fermetures de pêche qui interdisent toute pêche récréative et toute pêche commerciale de saumon dans les aires d'alimentation des baleines. Les fermetures dans certaines parties du détroit de Juan de Fuca et des îles Gulf et les fermetures partielles à l'embouchure du fleuve Fraser protègeront les principales aires d'alimentation pour les épaulards.

Augmenter la recherche sur les contaminants

Le gouvernement du Canada augmentera les efforts de surveillance et de recherche afin d'approfondir sa compréhension des sources des contaminants et de leurs répercussions possibles sur les baleines et leurs proies.

Ces efforts comprendront la surveillance de l'air et de l'eau douce dans l'habitat des baleines, ainsi que la surveillance des sources de contaminants potentielles comme les sites d'enfouissement.

D'ici 2020, le gouvernement du Canada mettra en place des contrôles plus serrés sur les contaminants ayant une incidence sur les baleines, notamment les polybromodiphényléthers (PBDE), qui sont une famille de produits ignifuges.

Réduire les perturbations attribuables aux bruits sous-marins des navires

Rester loin

Le 11 juillet 2018, de nouvelles règles relatives à l'observation des baleines et à l'approche des mammifères marins ont été publiées dans la Partie II de la Gazette du Canada. Ces modifications permettront d'inculper en vertu de la Loi sur les pêches toute personne contrevenant à la réglementation. Les modifications offrent une distance d'approche d'au moins 100 mètres de certaines espèces de baleines, de dauphins et de marsouins en vue de les protéger légalement des perturbations humaines. Sur la côte Ouest, cette distance est de 200 mètres de toutes les populations d'épaulards en Colombie-Britannique et dans l'océan Pacifique. La réglementation s'applique à tous les bateaux, embarcations de plaisance et navires commerciaux confondus.

Déplacement latéral

Le gouvernement du Canada collabore avec l'industrie du transport maritime, des partenaires des États-Unis et les peuples autochtones pour mettre en place un projet-pilote dans le cadre duquel le trafic maritime est dérouté loin des principales aires d'alimentation vers les voies navigables du détroit de Juan de Fuca, plus au sud.

Ralentissement

Le gouvernement du Canada a collaboré avec les responsables du programme Enhancing Cetacean Habitat and Observation (ECHO, amélioration des habitats de cétacés et de leur observation) de l'Administration portuaire Vancouver Fraser pour élaborer un projet-pilote visant le ralentissement des navires dans le détroit de Haro au cours de l'été 2017. Ce projet-pilote a permis de réduire de manière significative les bruits sous-marins dans l'habitat des épaulards résidents du Sud. Fort de ce succès, le gouvernement du Canada, les responsables du programme ECHO de l'Administration portuaire Vancouver Fraser, l'industrie du transport maritime, les pilotes, les peuples autochtones et des partenaires des États-Unis ont mis en œuvre une mesure visant le ralentissement volontaire des navires dans le détroit de Haro au cours de l'été 2018.

La mesure volontaire a officiellement commencé le 12 juillet 2018, une fois la présence des épaulards résidents du Sud détectée dans le détroit de Haro, et restera en vigueur jusqu'au 31 octobre, si la présence de ces baleines dans cette zone le justifie.

Les intervenants de l'industrie maritime et les autres intervenants ont été proactifs en prenant des mesures pour comprendre et réduire les répercussions du trafic maritime sur les épaulards résidents du Sud. Les mesures volontaires, comme le projet-pilote de l'an dernier visant le ralentissement des navires dans le détroit de Haro, les mesures volontaires de ralentissement dans le détroit de Haro et dans le détroit de Juan de Fuca cette année, et l'instauration du plan de gestion du bruit de BC Ferries, témoignent de la réussite de cette approche.

Plan de gestion du bruit

BC Ferries mène le bal en élaborant volontairement un plan de gestion du bruit afin de réduire les bruits sous-marins produits par sa flotte au fil du temps.

Nous continuons à mettre en œuvre des mesures adaptatives et volontaires qui ont fait leurs preuves. Le gouvernement exigera également que les propriétaires et exploitants canadiens élaborent des plans de réduction de bruits sous-marins de leurs flottes au fil du temps si les mesures volontaires se révèlent insuffisantes.

Description

Zone de fermetures des pêches au saumon

Le gouvernement du Canada met en œuvre des fermetures de pêche qui interdisent toute pêche récréative et toute pêche commerciale de saumon dans les aires d'alimentation des baleines.

Zones d'alimentation des épaulards

Les fermetures dans certaines parties du détroit de Juan de Fuca et des îles Gulf et les fermetures partielles à l'embouchure du fleuve Fraser protègeront les principales aires d'alimentation pour les épaulards.

Zone de ralentissement des navires

Le gouvernement du Canada, les responsables du programme ECHO de l'Administration portuaire Vancouver Fraser, l'industrie du transport maritime, les pilotes, les peuples autochtones et des partenaires des États-Unis mettront en œuvre une mesure visant le ralentissement volontaire des navires dans le détroit de Haro au cours de l'été 2018.

Zone de déplacement latéral

Le gouvernement du Canada collabore avec l'industrie du transport maritime, des partenaires des États-Unis et les peuples autochtones pour élaborer un projet-pilote dans le cadre duquel le trafic maritime est dérouté loin des principales aires d'alimentation vers les voies navigables du détroit de Juan de Fuca, plus au sud.

Renforcer la surveillance sous-marine et aérienne

Écoute

Le gouvernement du Canada a installé des hydrophones au passage Boundary dans la mer des Salish pour mesurer les bruits sous-marins dans l'habitat essentiel des épaulards résidents du Sud. Ces ressources fourniront de meilleurs outils pour mesurer l'impact des bruits et faire le suivi des profils sonores de chaque navire. Cela nous permettra aussi de continuer à étudier et à évaluer l'efficacité des mesures de réduction de bruits.

Des yeux dans le ciel

Le gouvernement du Canada élargira le parc de véhicules de Transports Canada dans le cadre du programme national de surveillance aérienne (ajout de radars et de capteurs à infrarouge de pointe pour tous les aéronefs du programme). De plus, dans le cadre de son programme de surveillance aérienne et d'application de la loi, Pêches et Océans Canada augmentera de 30 % les patrouilles aériennes. La hausse des patrouilles dans les habitats essentiels des épaulards résidents du Sud assurera la vérification de la conformité aux dispositions des règlements mis à jour en matière de distance et de perturbation et assurera le respect des fermetures à la pêche.

Le fait d'accroître la surveillance aérienne permettra d'accroître la surveillance des baleines et de protéger ces dernières du trafic maritime. Cela permettra également aux représentants du gouvernement de recueillir des données supplémentaires sur la pollution.

Encourager la conformité et renforcer l'application de la loi

Formation et sensibilisation

Le gouvernement du Canada investit 415 000 $ sur une période de trois ans dans la formation et la sensibilisation des plaisanciers. Le gouvernement du Canada travaillera en partenariat avec des organismes locaux pour aider les exploitants de petits bateaux à apprendre comment ils peuvent réduire les répercussions de leurs activités sur les épaulards résidents du Sud.

En partenariat avec la Cetus Research and Conservation Society, le gouvernement du Canada travaillera de concert avec des organisations non gouvernementales comme Straitwatch dans les eaux autour de Victoria et de la région au sud des îles Gulf. Il travaillera aussi avec des organismes responsables de la navigation de plaisance, de la voile et d'autres organismes récréatifs afin de sensibiliser les membres aux répercussions négatives que les plus petites embarcations peuvent avoir sur les épaulards résidents du Sud.

Application des lois accrue en milieu marin

Le gouvernement du Canada renforce aussi actuellement la capacité de conformité et d'application de la loi de Pêches et Océans Canada grâce à un investissement de 11,4 millions de dollars. De nouveaux agents des pêches vérifieront la conformité avec les mesures de gestion des pêches, le Règlement sur les mammifères marins mis à jour, et mettront en application les dispositions en matière de perturbations et de harcèlement du Règlement et de la Loi sur les espèces en péril.

Les agents des pêches ont mené des activités de sensibilisation et de formation à l'observation des baleines. Ils ont fourni des renseignements aux entreprises de la région afin de les sensibiliser à la nécessité de protéger les épaulards résidents du Sud. Ils les ont également avisés des secteurs où les baleines sont susceptibles d'être présentes et ont également fait la promotion de la conformité avec le Règlement sur les mammifères marins.

Le gouvernement du Canada a mis en place des changements au contenu du cours obligatoire et de l'examen pour obtenir une carte de conducteur d'embarcation de plaisance. Les exigences mises à jour comprendront des renseignements relatifs à la sécurité des baleines (notamment faire preuve de précaution dans les zones où les baleines peuvent se trouver; être conscient du fait que les baleines peuvent revenir à la surface subitement; ralentir en présence de baleines; donner aux baleines beaucoup d'espace). Le gouvernement du Canada a modifié le Règlement sur les mammifères marins afin d'établir une distance d'approche de 200 mètres des épaulards en Colombie-Britannique et dans l'océan Pacifique.

Application de la réglementation environnementale

Le gouvernement du Canada renforcera ses contrôles réglementaires sur les contaminants. Ces modifications permettront de réduire les contaminants qui touchent les épaulards.

Des partenariats en vue d'élaborer d'autres mesures

Travailler ensemble

Le gouvernement du Canada continuera à collaborer avec les peuples autochtones, les membres d'ECHO, l'industrie du transport maritime et les autres gouvernements en vue d'élaborer d'autres mesures nécessaires pour assurer le rétablissement des épaulards résidents du Sud.

Le Plan de protection des océans de 1,5 milliard de dollars est le plus important investissement jamais fait pour protéger les côtes et les voies navigables du Canada. Dans le cadre de ce Plan, le gouvernement du Canada établit un système de sécurité maritime parmi les meilleurs au monde, qui offre aujourd'hui des possibilités économiques aux Canadiens, tout en protégeant ses zones côtières et ses voies navigables pour les générations futures. Ces efforts sont déployés en partenariat avec les peuples autochtones et en étroite collaboration avec les intervenants locaux et les collectivités côtières.

Ces partenariats nous permettent d'échanger nos pratiques exemplaires et les leçons apprises au sujet des mesures requises pour élaborer les outils essentiels à la mise en œuvre des mesures obligatoires, le cas échéant. Il est essentiel de travailler ensemble pour assurer la protection et le rétablissement de l'une des espèces les plus emblématiques du Canada.

Liens connexes

Date de modification: