Exemples de dangers liés à la fatigue, de répercussions sur le rendement et de mesures d’atténuation pour les exploitants aériens

Les exemples ci-dessous peuvent servir aux exploitants aériens à l’élaboration des processus du système de gestion des risques liés à la fatigue (SGRF) relatifs au contrôle des risques.

Kathryn Jones de l’autorité de l’aviation civile du Royaume-Uni a créé ce contenu, et nous l’utilisons avec son autorisation [document traduit librement].

Description du danger lié à la fatigue Répercussions potentielles sur le rendement de l’équipage Mesures d’atténuation potentielles
Longues périodes de service Réduction de la vigilance, de l’attention et du temps de réaction Limite de la période de service de vol maximale (PSV), période de service maximale, exigences supplémentaires en matière de repos et limites de service en roulement
Périodes de service prolongées de la compagnie Fatigue transitoire et réduction de la vigilance, de l’attention et du temps de réaction Limite maximale des prolongations, restriction sur le nombre de fois par semaine ou par mois que les prolongations sont autorisées, exigences supplémentaires en matière de repos, que ce soit pour les services prolongés ou les mesures mensuelles de prévention de la fatigue cumulative
Manque de sommeil attribuable au réveil ou à l’achèvement d’un service au cours de la phase de dépression circadienne (PDC) Vigilance réduite, période d’éveil prolongée, augmentation de la fatigue transitoire, erreurs, baisses et manquements au niveau du rendement Réduire la PSV maximale autorisée pour les services que les membres d’équipage doivent effectuer après le réveil, le travail ou l’achèvement, ou lorsque la PSV englobe la PDC, le nombre maximal de ces services effectués au cours d’un bloc de travail ou d’un certain nombre de jours; planifier ces services de sorte à permettre le bon déroulement des opérations et une période de sommeil optimale.
Services de nuit Fatigue transitoire, manque de sommeil, sommeil réduit ou de mauvaise qualité en raison du repos de jour, vigilance réduite, erreurs, baisses et manquements dans le rendement Réduire la PSV autorisée, le nombre maximal de tels services autorisés au cours d’un bloc de travail ou d’un certain nombre de jours; activité d’un fret de nuit unique avec des exigences établies en matière de repos et établissement d’un modèle.
Charge de travail du secteur Le risque de fatigue augmente avec chaque secteur en raison de la fatigue associée aux tâches et à la charge de travail, de la vigilance et du rendement réduits ainsi que de la fatigue transitoire PSV autorisée réduite en fonction du nombre de secteurs travaillés
Charge de travail fortement cumulative Fatigue cumulative, dépendance accrue à l’automatisation, communication réduite, humeur, processus décisionnel altéré, rendement réduit, erreurs, manquements et problèmes de communication Limites des longues périodes successives de service, limites de roulement des heures de service hebdomadaires, bimensuelles, mensuelles et annuelles; limites de roulement des heures de vol mensuelles, trimestrielles et annuelles. Gestion de la fatigue cumulative en établissant un nombre minimal obligatoire de jours de congé, y compris des pauses hebdomadaires, de longues pauses (deux jours de congé ou plus), des exigences mensuelles, des jours de congé qui comprendront des nuits de sommeil locales.
Perturbation du rythme circadien - mélange de transitions de service (service effectué tôt le matin, en soirée, de nuit et de longue durée, et traversée des fuseaux horaires) Problèmes liés à la fatigue transitoire et cumulative, périodes de sommeil raccourcies, vigilance réduite, temps de réaction plus long et concentration sur des tâches précises Règlement sur l’établissement du service, limites du nombre de transitions effectuées tôt le matin, en soirée ou de nuit au cours d’un bloc de travail donné, PSV maximale réduite pour les services suivant une période de repos de 18 à 30 heures en raison des périodes de sommeil optimales raccourcies et du risque associé aux plus longues périodes éveillées. Exigences minimales liées au repos et aux jours de congé à la suite d’un service au cours duquel les employés ont traversé des fuseaux horaires et aux blocs de travail comportant plusieurs fuseaux horaires.    
Désynchronisation des fuseaux horaires Problèmes liés à la fatigue transitoire et cumulative, et vigilance, communication et rendement réduits Limites liées au service pour une période établie ou une période de repos (périodes de repos complètes) pendant lesquelles le membre d’équipage traversera plus de deux fuseaux horaires le séparant de celui où il a commencé son service. Période minimale établie afin de déterminer le moment où un équipage est ajusté ou acclimaté en fonction du fuseau horaire. Exigences minimales liées au repos et aux jours de congé à la suite d’un service au cours duquel les employés ont traversé des fuseaux horaires et aux blocs de travail comportant plusieurs fuseaux horaires.    
Période de repos - minimums et périodes sous-optimales Fatigue cumulative, dépendance accrue à l’automatisation, communication réduite, humeur, processus décisionnel altéré, rendement réduit, erreurs, manquements et problèmes de communication Établir une période de repos minimale (12 heures) entre les services afin d’offrir une période de repos, les besoins physiologiques, les déplacements effectués dans le cadre du service (varie si l’employé est chez lui ou loin de l’endroit de repos habituel) et la récupération à la suite des périodes de service de longue durée ou prolongées. PSV maximale réduite pour les services suivant une période de repos de 18 à 30 heures en raison des périodes de sommeil optimales raccourcies et du risque associé aux plus longues périodes éveillées.
Repos en vol et prolongation des PSV - installations et temps Vigilance réduite, période d’éveil prolongée, augmentation de la fatigue transitoire, erreurs, baisses et manquements au niveau du rendement Exigences liées à la période de repos minimale à bord, prolongation des PSV selon le type d’installations de repos à bord et du nombre d’employés supplémentaires à bord; utilisation de la phase de départ pour optimiser la vigilance de l’équipage pendant les étapes critiques du vol; exigences liées à l’avis préalable de la position de l’équipage aux fins de planification optimale du repos (équipage en service ou de relève).
En attente - aéroport Réduction de la vigilance et de l’attention et augmentation du temps de réaction Le début du service et de la PSV au moment de se présenter au travail et en attente, en plus de toute PSV, est calculé selon la PSV maximale autorisée pour le moment du signalement. Période de service maximale. Période de repos complète requise à la suite d’une période d’attente à l’aéroport. Comptabilisé en entier pour les heures de service.
En attente - ailleurs Période d’éveil prolongée, augmentation de la fatigue transitoire, erreurs, baisses et manquements au niveau du rendement Relation entre la durée de la période d’attente et la PSV autorisée au moment de l’appel prise en compte dans les périodes d’éveil prolongées qui ont été atténuées. Période de service maximale en attente et période de service maximale en plus de la PSV - PSV autorisée prise en compte en fonction du temps en attente. Exigences liées aux appels pendant la période en attente (niveau de préparation immédiate, appels pour long trajet, facilité de communication et disponibilité) utilisées pour élaborer différents niveaux d’exigence en fonction du niveau de fatigue le plus élevé. Les calculs des heures de service cumulatives varient selon le type d’attente et si l’équipage est appelé ou non. Période de repos complète avant le prochain service.
Service fractionné Réduction de la vigilance et de l’attention et augmentation du temps de réaction Nombre minimal d’heures consécutives de repos pour service fractionné (période permettant à l’équipage de se détendre et d’obtenir un repos efficace - 3 heures). Méthode de calcul du pourcentage de la période de repos pouvant être utilisée pour accroître la PSV. Période maximale avant que la période de repos doive être prise dans des conditions adéquates pour pouvoir effectuer un service fractionné. La PSV en plus de l’augmentation du service fractionné de manière continue du signalement initial à la fin sur les cales. Période de repos subséquente identique au service total. 
Interruption - le jour même Éveil prolongé, problèmes liés à la fatigue transitoire, longue journée de service, stress et désagréments menant à une PSV prolongée ou à une période de sommeil raccourcie, à une vigilance réduite, à un temps de réaction plus long, à une concentration sur des tâches précises et à des erreurs, des baisses et des manquements au niveau du rendement. Processus permettant au commandant de bord de prolonger une PSV ou de réduire une période de repos en fonction des circonstances du jour en question et de l’équipage. Horaire réaliste de vols permettant d’effectuer les PSV en respectant les limites. Obligation de l’exploitant de démontrer la conformité et de modifier les horaires lorsque la planification oblige régulièrement le commandant de bord à user de leur pouvoir discrétionnaire (15 %). Le commandant de bord aura également le droit de réduire les PSV ou de prolonger la période de repos lorsque la situation de l’équipage l’exige.
Interruption - avant la journée Problèmes liés à la fatigue transitoire et cumulative, périodes de sommeil raccourcies ou sous-optimales, vigilance réduite, temps de réaction plus long et concentration sur des tâches précises. Pénalité graduelle pour les changements aux services assignés en fonction du changement de la date du service par rapport à la date originale et de la période de préavis du changement. Limite du nombre de transitions de service pouvant être effectué au cours d’un bloc de service.
Mise en place - avant une PSV, immédiatement après une PSV Période d’éveil prolongée, augmentation de la fatigue transitoire, erreurs, baisses et manquements au niveau du rendement La période de mise en place sera considérée comme une PSV lorsqu’elle précède directement une PSV. Directement après une PSV, la mise en place est une période de service et les heures de service cumulatives totales requises pour le calcul de la période de repos sont comptabilisées comme des heures complètes de service; répercussion du moyen de transport pour la mise en place prise en compte dans la PSV (taxi, conduire soi-même, compagnie aérienne).
Temps de déplacement Fatigue transitoire et cumulative, périodes prolongées d’éveil, période de sommeil réduite ou raccourcie menant à une vigilance réduite, à un temps de réaction plus long et à des erreurs au niveau du rendement. Requiert un aéroport comme base d’affection établi avec un temps de déplacement maximum au-delà duquel on recommande à l’équipage d’obtenir un autre hébergement plus près de la base. Périodes de repos minimales à la base d’affectation permettant de tenir compte du temps de déplacement. Les périodes de repos minimales loin de la base peuvent être légèrement réduites si le temps de déplacement est minimal, mais elles doivent tout de même comprendre une période de sommeil complète, tenir compte des exigences physiologiques, et être prolongées lorsque le temps de déplacement pour se rendre au lieu de repos est supérieur à la période minimale (15 minutes).
Fatigue cumulative Fatigue cumulative, dépendance accrue à l’automatisation, communication réduite, humeur, processus décisionnel altéré, rendement réduit, erreurs, manquements et problèmes de communication, et dégradation globale et générale du rendement.

Démonstration par l’exploitant de la gestion de la fatigue à court et à long terme ainsi que de la création de plans de travail et de rapports sur la fatigue en mettant en œuvre un système de gestion des risques liés à la fatigue (SGRF) au sein de leur système de gestion de la sécurité (SGS).

L’équipage a des directives et des exigences claires pour bien utiliser les périodes de repos et se présenter au travail en étant apte au service.

Liens connexes

Date de modification: