Introduction

Le présent guide de test en vol établit les critères en matière de techniques, de procédures et de notations que doivent utiliser les inspecteurs de l'Aviation civile et les pilotes-examinateurs ayant à conduire des tests en vol pour démontrer les niveaux de compétence requis pour la délivrance de la licence de pilote professionnel – Avion.

Les instructeurs de vol doivent utiliser le présent guide dans la préparation des candidats aux tests en vol. Les candidats doivent connaître le contenu du présent guide, se reporter aux normes de qualification pendant leur formation, et ne pas perdre de vue que les normes précisées représentent les normes minimales qu'il faut respecter pour atteindre les niveaux de compétence requis.

On peut trouver la description et l'explication détaillées des exercices figurant dans le rapport du test en vol en se référant aux chapitres correspondants dans le Manuel de pilotage et le Guide de l'instructeur de vol publié avec l'autorisation de Transports Canada.

Le respect de ce guide de test en vol permettra de répondre aux exigences du RAC standard 428 - annexe 4 de la délivrance des licences et de normes de formation, concernant la conduite de tests en vol.

Définitions

Un « examinateur » est un pilote-examinateur autorisé en vertu de l'article 4.3, Partie 1, de la Loi sur l'aéronautique ou un inspecteur de l'Aviation civile autorisé à diriger un test en vol.

Un « item de test en vol » est une tâche, une manœuvre ou un exercice mentionné sur le rapport de test en vol.

Les « items au sol » sont la planification et les tâches préparatoires précédant l'inspection pré-vol de l'avion.

Les « items en vol » sont les exercices, les tâches ou les manœuvres effectués avec l'avion, y compris les procédures d'inspection pré-vol, de démarrage du moteur, de réchauffage, de point fixe, de circulation au sol et d'urgence.

La « compétence » signifie avoir un haut degré de compétence ou des compétences; de l'expertise; d'être prêt à gérer toute situation avec laquelle vous pourriez raisonnablement être présenté lors d'un vol.

Un « terrain mou » signifie une surface gazonné, non pavée, improvisé, molle ou rugueuse ou une surface de décollage ou d'atterrissage qui peut présenter une résistance au roulement variable ou peut présenter un risque d'endommagé le train d'atterrissage, si la technique sur terrain mou n'est pas utilisé lors de manoeuvres sur des surfaces molles ou rugueuses.

Les lignes verticales dans la marge droite indiquent que le texte a été modifié depuis sa dernière édition. La modification du texte peut avoir une incidence sur les normes de rendement attendues et sur l'évaluation des exercices du test. Les modifications apportées au document pour préciser le contenu ou corriger une erreur de nature grammaticale ne sont pas indiquées. Néanmoins, un examen complet du document est fortement encouragé

Also available in English

RDIMS no. 11728783

Changements apportés à la présente version

  1. Plusieurs lignes verticales épaisses le long de la marge droite indiquent un remaniement du texte à des fins de précision ou pour signaler une modification.
  2. Les lettres de recommandation pour une reprise partielle doivent être datées dans les 30 jours suivant la date du test en vol ayant échoué (408.18 (2) b);
  3. La technique de sortie d’une spirale est une sortie acceptable à partir de la manœuvre de mise en vrille, si l'avion entre dans un piqué en spirale malgré une technique d'entrée de vrille correcte et la tenue de contrôle de pro-rotation complète;
  4. Des clarifications pour l'ex. 18 A – Approche et atterrissage de 180 degrés sans puissance;
  5. Des clarifications pour l'ex. 21 – Atterrissage de précaution;
  6. Modification des critères de sortie de décrochage pour mettre l'accent sur la réduction de l'angle d'attaque plutôt que sur la perte d'altitude;
  7. Ajout d'une note concernant Ex. 22A - Atterrissage forcé - Une approche qui aurait entraîné un atterrissage à plus de 1 000 pieds (300 mètres) au-delà de la fin de la zone de toucher des roues sélectionnée dans le premier 1/3 d'une aire d'atterrissage sera considérée comme une erreur majeure et évaluée avec une note de «2» ou moins;
  8. Ajout de détails pour la définition de « vol à la vitesse minimale de contrôle »;
  9. Ajout d’une description d’une « Approche stabilisée – VFR »;
  10. Ajout de la nécessité de stabiliser une approche à moins de 200 pieds-sol dans l'Ex. 18;
  11. Ex. 23D - Radio Navigation - L'examinateur spécifiera quelle aide radio doit être utilisée pour cet item. Si l'avion est équipé d'un récepteur GNSS certifié et approuvé, cette unité sera utilisée;
  12. Ex. 30 - Ajout de la nécessité de démontrer une « écoute attentive » sur la fréquence appropriée et la sensibilisation au trafic;
  13. Ex 18 - les atterrissages devraient être stable et avoir une configuration de volets complets, sauf en cas de fort vent de travers ou de rafales;
  14. Les compétences linguistiques seront évaluées lors de l’interrogatoire de la partie au sol du test en vol.

Approche stabilisée - VFR (Description générique)

Sur la bonne trajectoire d'approche finale :

  1. Briefings et listes de contrôle complétés;
  2. L'aéronef doit être dans la configuration d'atterrissage appropriée adaptée aux conditions de vent et de piste;
  3. Réglages d'alimentation appropriés appliqués;
  4. Taux de descente maximal de 1 000 pieds par minute;
  5. Vitesse comprise entre + 10 / -5 nœuds de la vitesse de référence;
  6. Seuls les petits changements de cap et de tangage sont requis;
  7. Stable par 200 pieds-sol;

Remarque : Si la stabilité n'est pas établie à 200 pieds-sol, une remise des gaz sera exécutée.

Date de modification: