Acide picrique

par Patricia Charlebois, chimiste

Acide picrique

L'acide picrique, c'est-à-dire, le trinitrophénol est, de loin, une des substances chimiques les plus dangereuses utilisées aujourd'hui. Lorsque mouillé avec plus de 30 % d'eau, il est classé dans la catégorie des solides inflammables (UN 1344, classe 4.1) et, lorsque l'humidité est inférieure à 30 %, il s'agit de la catégorie A des explosifs puissants (UN 0154, classe 1.1D). Cette substance a des propriétés très intéressantes : elle est explosive et aussi très sensible aux chocs, à la chaleur et à la friction. En fait, la chute d'une masse de 2 kg d'une hauteur de 36 cm sur un morceau d'acide picrique solide provoque une détonation plus rapide et plus puissante que celle du TNT. L'acide picrique est toxique par toutes les voies de pénétration dans l'organisme; c'est un irritant cutané et un allergène; de plus, sa décomposition forme des produits, qui sont, eux-mêmes toxiques.

L'acide picrique sert principalement à la fabrication d'explosifs et est un intermédiaire utilisé dans la fabrication de teintures. Il sert aussi de réactif chimique dans bien des laboratoires. De l'eau est ajoutée à l'acide picrique comme désensibilisateur. Le produit est sensiblement moins sensible aux chocs humides que secs. L'acide picrique est très réactif en présence d'une vaste gamme de produits chimiques et forme facilement des picrates (ou sels). Bon nombre de ces sels sont encore plus réactifs et plus sensibles aux chocs que l'acide lui-même.

Picrates

L'acide picrique forme des picrates avec les matières suivantes : métaux, sels métalliques, bases, ammoniac et béton. Il faut faire particulièrement attention, c'est-à-dire, qu'il faut prévenir la formation de ces sels durant l'utilisation normale de l'acide picrique. Il ne faut jamais laisser l'acide picrique s'assécher, mais il est encore plus important de ne jamais le laisser sécher sur une surface de métal ou de béton. Les picrates métalliques sont particulièrement sensibles; ils peuvent se former avec des métaux comme le cuivre, le nickel, le plomb, le fer et le zinc. La réaction de l'acide picrique avec le béton donne du picrate de calcium. Depuis plusieurs années, CANUTEC a aidé bien des gens à solutionner des problèmes posés par l'acide picrique. Le scénario est généralement le même : des bouteilles de ce produit ont été laissées sur une étagère de laboratoire pendant des années. Les dangers de cette situation sont doubles : en premier lieu, le produit, qui se présente habituellement sous forme d'une pâte humide, peut sécher et donner des cristaux d'acide sensibles aux chocs, mentionnés plus haut. En second lieu, une fois ouvertes, les bouteilles ne sont plus étanches à l'air et des impuretés peuvent s'y être introduites. Ces impuretés peuvent entraîner la formation de sels dans la bouteille et dans les filets du couvercle. Dans les deux cas, la situation devrait être jugée extrêmement grave et il faut agir en conséquence.

Intervention

En cas de découverte d'une bouteille d'acide picrique ne figurant pas à l'inventaire, il faut prendre les mesures de sécurité suivantes :

  1. D'abord et avant tout : NE PAS TOUCHER À LA BOUTEILLE! Selon le laps de temps écoulé entre l'abandon de la bouteille sur la tablette et sa découverte et, selon l'état du produit qu'elle renferme, il se peut que même un petit déplacement soit critique. Des cristaux cachés peuvent s'être formés dans les filets du couvercle. Toute tentative d'ouvrir la bouteille pourrait causer assez de friction pour produire une explosion dont la puissance pourrait faire sauter un petit laboratoire.
  2. Inspecter la bouteille visuellement pour identifier le produit et vérifier sa date d'expiration. Si le produit est relativement récent, il se peut qu'il n'y ait aucun problème. Néanmoins, la situation doit être traitée sérieusement.
  3. Inspecter le contenu de la bouteille pour établir sa teneur en eau et vérifier si des signes de cristallisation sont visibles à l'intérieur de la bouteille et autour du couvercle. S'il n'y en a aucun et si la teneur en eau est assez élevée, il y a probablement peu de raison de s'inquiéter. Par contre, s'il y a la moindre indication de cristallisation ou si la teneur en eau est faible, la situation est plus grave. Il faut alors entrer en communication avec le service local de neutralisation des bombes ou une société spécialisée dans l'élimination des explosifs, qui éliminera le produit.
  4. Évacuer immédiatement l'aire et en limiter l'accès. Comme mesure de sécurité, il est possible de pulvériser légèrement tout cristal exposé (p. ex., ceux qui se seraient formés à l'extérieur de la bouteille) avec de grandes quantités d'eau. À cette fin, un flacon pulvérisateur est l'outil idéal.
  5. Quelles que soient les circonstances, il ne faut ni toucher, ni déplacer de l'acide picrique sec ou ses sels.

Prévention

Dresser un inventaire de tous les produits chimiques du laboratoire est une façon de prévenir facilement ces situations. L'inventaire devrait inclure une identification complète des produits, des quantités en stock, des dates d'expiration, le cas échéant, et des craintes causées par chaque produit. Cette liste devrait être révisée régulièrement et les produits chimiques périmés, éliminés, conformément aux exigences de la loi environnementale qui s'y applique. Il est possible de prolonger, de beaucoup, la durée de vie de l'acide picrique en tablette et ce, en ajoutant régulièrement de l'eau dans le contenant. De cette façon, le produit ne sèchera pas et la formation des picrates sera inhibée. Certaines sociétés recommandent l'élimination de l'acide picrique après 2 ans et proposent les directives suivantes pour son stockage :

  • Stocker dans un endroit sec et frais, loin de toute source de chaleur ou de flamme nue.
  • Aux six mois, inspecter les bouteilles et, au besoin, y ajouter de l'eau.
  • Aux trois mois, tourner lentement les bouteilles sur elles-mêmes afin de répartir l'eau uniformément.

Élimination

Il existe plusieurs façons acceptables d'éliminer les vieux contenants d'acide picrique. Cependant, la façon la plus sûre et efficace, est certainement de laisser les experts en matière d'explosifs, telle l'unité local de neutralisation des bombes, s'occuper de la situation.

_______________
Parution: TMD Marchandise dangereuse Nouvelles, Vol. 16, No. 3, Hiver 1996.

Commentaires

Date de modification: